- Accueil - Quoi de neuf - Albums photos - Journaux de voyage - A propos du site - Liens - Commentaires -

- Le Saguenay - Jour Suivant -

Mardi 24/08/99 - Montréal - Chicoutimi

Lever 6h10. Le décalage horaire a du bon aujourd'hui. Petit déjeuner avec Magali et Vincent au milieu des sacs et des caisses de matériel. Le rencart avec Patrick et Anouk est fixé à 7h. Il y a 5h de route pour aller à Chicoutimi, notre base de départ sur le Saguenay. Une dernière vérification des listes et nous partons à 8h15 par l'autoroute 20 après avoir entendu à la radio que la 40 était coupée par un accident. C'est l'heure de pointe et les voitures bouchonnent sur le Pont Champlain. Nous perdons le 4x4 de Patrick puis le retrouvons peu après alors que Vincent s'apprêtait déjà à faire demi-tour.
Lever de soleil Passage à Québec dans les encombrements puis c'est la pause essence avant d'aborder la réserve faunique des Laurentides (200 km de forêt). Peu d'animaux vus ou aperçus mis à part quelques voitures de police. Les lacs défilent à droite et à gauche. La chaleur monte. La météo annonce 28°C.
A 13h, on débouche enfin en ville au milieu des centres d'achats de Chicoutimi. Le premier resto trouvé s'avère un peu spécial. Malgré la fraîcheur de la climatisation, les serveuses opèrent dans des tenues plutôt très estivales pour ne pas dire déshabillées. Pour notre déjeuner, ça ira quand même. Passage ensuite à Provigo, Pharmaprix et Canadian Tyre pour les courses puis on passe le pont sur le Saguenay pour faire route vers le Parc du Cap Jaseux. Patrick manque la sortie en voulant doubler un camion en haut d'une côte. Le Parc comprend une plage, un camping et un ensemble de sentiers aménagés.
A la chandelle Nous descendons vers le camping et nous installons en bord de plage tandis que le loueur nous montre les bateaux (3 kayaks monoplaces et 1 biplace) ainsi que l'équipement de sécurité (pompe, VHF, combinaisons).
Le soleil étant encore haut, nous décidons d'aller immédiatement faire un tour sur l'eau. Cela permet de tester les kayaks et de découvrir quelques problèmes: câbles usées ou pagaies croisées à l'envers... Le fleuve est comme un grand lac calme tandis que nous atteignons la Pointe des Pins, terme de notre promenade. Au retour, Vincent et moi longeons la rive en faisant décoller les quelques goélands qui nous regardent passer. Il est temps de rentrer car la nuit tombe vite et il faut encore monter les tentes et dîner.
Plus tard, des insectes indésirables s'étant manifestés, nous déménageons dans le chalet-abri tapissé de moustiquaire et avalons nos haricots et nos grillades à la lueur d'une bougie avant de veiller un peu autour du feu.

- Le Saguenay - Jour Suivant -