...El Journal...
- Patagonia 2001 -

Numéro 21
1er Février 2001
Hier - Demain

- La Patagonie - Cartes - Programme - Liens - Journal


Actualités

Brume persistante

Le débarquement

En route pour Chiloé

Chepu c'est où

Parlez espagnol

Le mot du jour

Météo

Brume persistante

La Carte

Golfe d'Ancud, 8h30 - Petit déjeuner calme. La fête a peut-être été trop dure pour certains. La purée de pois qui bouche le paysage ce matin rend la navigation un peu impressionnante pour le néophyte. Seul l'écran radar indique les bateaux présents. Tout à l'heure, nous avons croisé un cargo en l'ayant vu surgir de la brume en quelques secondes.

On arrive enfin Nous avons été visité les dortoirs de la classe économique. C'est un peu l'entassement à fond de cale avec une douche et deux WC pour 24 occupants. Pas de regrets donc pour le choix de cabine que nous avons fait.

Une passagère australienne s'est ouvert un doigt dans une porte qui s'est refermée brusquement. On la conduit à la passerelle pour la soigner. On constate alors qu'il n'y a pas de médecin à bord pour faire des points de suture. Elle devra attendre l'hôpital.

Le débarquement

Puerto Montt, 12h - Nous sommes mouillés en rade sous une pluie persistante. Cela promet pour la suite. Le pilote est monté à bord mais la situation n'a pas l'air d'évoluer beaucoup. Nous voyons à peine les contours des îles du Seno Reloncaví. A table, le menu est identique à celui de la veille. Pas de pain mais des crackers. C'est la dèche. Les passagers piétinent en attendant de pouvoir débarquer. Les bagages envahissent les coursives.

Débarquement des touristes Vers 15h, on se dirige vers le port doucement. La manoeuvre d'accostage nécessite l'aide d'un remorqueur. Le bateau s'est mis sur une bouée par l'avant et la poupe est poussée en travers de la rivière jusqu'à atteindre le quai. De multiples intervenants se succèdent à terre et sur l'eau dans cette opération. Nous attendons encore quelques minutes que les poids lourds dégagent le monte-charge. C'est enfin notre tour. Les touristes quittent le navire sous une timide éclaircie et se dispersent dans le port.

Notre premier but est le terminal de bus pour savoir comment il est possible de rejoindre les abords du volcan Puyehue. Nous remontons le boulevard bordé de boutiques touristiques qui mène au centre ville. Pas beaucoup de choses utiles aux guichets mais il semble qu'il y ait des possibilités au départ d'Osorno. Des départs sont assurés toute les heures vers cette ville. La tâche suivante est de trouver une voiture de location pour trois jours. Munis des adresses trouvées dans les différents guides, nous partons Mila et moi en chasse tandis que les autres font les courses. Les deux premières adresses essayées sont périmées et il pleut des cordes. Ça commence bien. Ensuite, le loueur nous propose une minuscule voiture ou un 4x4... Après une nouvelle adresse incorrecte, un passant nous envoie chez un nouveau loueur qui n'a plus qu'une voiture en stock mais de taille raisonable. Allons y pour celle là. Les papiers sont vite faits et peu après, nous sommes de retour au terminal de bus pour charger les deux autres et les bagages.

Préparation d'un casse-croûte sur le bac

En route pour Chiloé

Puerto Montt, 18h - La sortie de la ville est un peu compliquée mais nous rejoignons bientôt la route nationale 5. Les averses de tout à l'heure ont inondé la chaussée et provoquent des bouchons. Une conduite prudente s'impose, d'autant plus que des tas de chiens se promènent en bord de route et traversent à l'improviste. Cinquante kilomètres et le bac est rejoint alors que le soleil revient sur le paysage. Embarquement immédiat et improvisation d'un casse-croûte saucisson à bord. Au moins cinq ou six bateaux aux couleurs vives assurent les navettes dans un va et vient incessant entre les deux rives. Des silhouettes à fleur d'eau qui font penser à des phoques surgissent par endroit furtivement mais ne se laissent pas observer assez longtemps. La traversée dure trente minutes et nous débarquons à Chacao. Premières impressions de l'île. Des images de Bretagne, de Normandie, d'Irlande. C'est agréable de pouvoir aller où on veut à notre rythme à condition de surveiller tous les véhicules bizarres qui circulent. Autour d'Ancud

Chepu c'est où

Ancud, 20h - Nous arrêtons la voiture quelques instants sur un parking pour observer le paysage avant la ville. On se croirait au bord de la Rance. Belle lumière du soir sur des vallées aux formes douces envahies par la marée. Nous continuons vers le centre pour une visite express. Petit tour de ville et accessoirement recherche d'empanadas. C'est peu fréquenté par les touristes et le marché a l'air sympatique. Nous y reviendrons plus tard.

Le Rio Chepu Après une courte halte sur le port, nous reprenons la route vers le sud pour essayer de trouver le point de départ d'une balade en bord de mer vers le Parc National de Chiloé. Il s'agit du village de Chepu. Un embranchement à droite nous emmène sur une piste cahoteuse alors que le soir tombe et qu'on va bientôt ne plus rien voir du tout. Trente kilomètres de montées et descentes raides et sans visibilité nous conduisent en vue d'un vaste rio qui a inondé la plaine environnante: c'est le Rio Chepu. Le camping qui devait être par ici près du petit pont est signalé à dix minutes de bateau en aval. Quand au village, n'en parlons pas. Nous continuons néammoins sur la piste pour voir où celà nous mène: c'est un cul de sac piégeux où nous n'avons pas envie de rester embourbé. Demi-tour jusqu'au pont et installons-nous dans le pré qui accueille déjà un camping-car. Cela ira pour ce soir. Soupe, poulet et riz font notre dîner. On verra demain pour prendre le bus.


Le mot du jour

la barca: le bac

Météo

Puerto Montt: 10 à 12°, brume et crachin
Ancud: 15°, soleil


Hier - Demain

- La Patagonie - Cartes - Programme - Liens - Journal