- Journal à Symi - Kalymnos -
- le Journal - la Carte - le Bateau - l'Equipage -

Maisons à Symi La tour du port Symi

L'île, dans la mythologie la patrie des trois Grâces, était déjà habitée à l'époque préhistorique. Sous la conduite de son roi mythique Niréus, elle prit part à la guerre de Troie. Ayant adhéré, à l'époque dorienne, à la confédération de l'Hexapole, elle demeura, pendant toute l'Antiquité, sous la dépendance de Rhodes.
Sur le port Plus tard, elle fut successivement occupée par les Romains, les Byzantins et finalement les chevaliers de Saint-Jean. Ceux-ci équipèrent leur flotte des bateaux à voile fabriqués à Symi parce qu'ils étaient réputés pour leur rapidité ! La construction de bateaux et le commerce valurent à l'île une certaine prospérité qui persista à l'époque turque, Symi ayant évité une conquête par la force en acceptant de payer un tribut sous la forme d'éponges.
Sur le port Vue générale En vertu de cet accord, elle bénéficia de divers privilèges: elle obtint notamment le statut de port franc et le droit pour ses pêcheurs d'éponges de travailler librement dans les eaux turques. Les Turcs achetaient aussi régulièrement les rapides voiliers construits à Symi, Si bien que la petite île aride devint la plus importante du Dodécanèse après Rhodes et Cos.
Les maisons à flanc de colline Les facades des villas Sur le port
Elle se couvrit de somptueuses maisons et nombre de ses habitants achetèrent des terrains en Asie Mineure. Si sa participation à la révolution de 1821 lui coûta certains de ses privilèges, Symi n'en continua pas moins de prospérer, comme en témoignent les grands édifices néo-classiques qui confèrent au chef-lieu son caractère particulier. Le déclin de l'île ne s'amorça qu'avec l'apparition de la navigation à vapeur, qui fit diminuer la demande pour les voiliers de bois, et avec l'occupation italienne, qui ferma aux insulaires l'accès à leurs propriétés d'Asie Mineure. Symi fit à nouveau parler d'elle le 8 mai 1945: c'est sur son sol en effet que fut signé le rattachement du Dodécanèse à la Grèce.

Les villas Vue du port Symi est une île très paisible, dont la plupart des rues sont des escaliers. Le bateau de Rhodes amène chaque jour une fournée de touristes mais ceux-ci repartent en général le soir même.
Le chef-lieu de l'île, Symi, se compose de Gialós, autour du port, et de Chorió, sur la colline. L'infrastructure touristique est principalement concentrée à Gialós où se trouve aussi l'un des derniers chantiers navals de l'île. Une tour de l'horloge (1884) se dresse sur le coté nord du port, où arrivent les ferries. La plupart des maisons de Gialós, caractérisées par des façades à fronton, datent du XIXe siècle et sont parfois restées inhabitées pendant plusieurs décennies. Mais aujourd'hui elles sont progressivement restaurées, notamment par des insulaires expatriés qui souhaitent posséder dans leur île d'origine une résidence secondaire.
Villa Vue du port Plus anciennes encore sont les maisons de Chorió, où l'on monte depuis le port par une route non asphaltée et un escalier (qui part de la Platia tis Skala) bordés par des édifices néo-classiques. Chorió est un dédale de ruelles. Avec leur architecture asymétrique, les maisons de Chorió rappellent celles des Cyclades, mais leurs portes et leurs fenêtres sont souvent ornées d'éléments décoratifs néo-classiques et les intérieurs conservent des belles boiseries sculptées.
Clocher à Chorió Parmi les bâtiments les plus intéressants de Chorió, mentionnons la pharmacie du XIXe siècle, la maison fortifiée de Chatziagapitos, les églises, décorées de mosaïques de galets, et surtout le Kastro, construit avec des blocs antiques. Il renferme la plus belle église du village, la Mégala Panaghia, ornée de belles fresques et d'icônes.
Sur le port Après Gialós et Chorió, l'endroit le plus visité de l'île est le couvent du taxiarche Michael Panormitis, le saint patron de l'île, mais aussi le protecteur de tous les marins grecs. Le bateau de Rhodes fait escale à Panormitis; et, de Gialós, on peut s'y rendre en une petite heure de caïque. Construit au début du XVIIIe siècle, le couvent renferme une très belle iconostase de bois sculpté, plusieurs fresques et diverses offrandes faites par des marins, parmi lesquelles des bateaux d'or et d'argent.
Sur le port Sur le port Sur le port
- Journal à Symi - Kalymnos -
- le Journal - la Carte - le Bateau - l'Equipage -