Samedi 10 avril 1999: France - Grèce

Côté Minh & Co:


14h45: partis de Roanne à la bourre... Les monstres qui courrent dans tous les sens, ma paire de bottes retrouvée in extremis, ma montre toujours à l'heure d'hiver! Eric un peu anxieux!
Roanne-Satolas: 1h30. Le film "Taxi", c'est rien à coté.
18h00: l'avion décolle pour Milan avec 1/2h de retard. Vue superbe sur les Alpes.
19h30: arrivée Milan. On "speede" pour un avion prévu au décollage à 20h00.
Le décollage est finalement prévu à 21h00. On retrouve Papy, casaque rouge et bronzage de compétition. C'est pas pour rien qu'il est co-skipper !
21h08: décollage pour Athènes.
23h10: arrivée Athènes. Le Papy n'a pas ses bagages: ils sont partis directement pour Rhodes. On retrouve Grand, Valerie, dotés de cierges mais sans bagages! Les leurs sont à Milan et arrivent dans la nuit.


Côté Grand et Valérie:


10h50: rencart avec Valérie à Roissy. L'avion a un peu de retard au décollage.
11h45: nous décollons enfin. Vue superbe sur les Alpes. Le pilote fait un passage en virage pour nous montrer le Mont-Blanc avant de plonger dans la plaine du Po embrumée.
14h00: étape rapide à Milan. Nous espérons que nos bagages suivront.
L'Acropole18h00: bref survol du centre-ville d'Athènes avant l'atterrissage. Des maisons blanches partout.
18h30: le tapis roulant vient de s'arrêter. Nos bagages sont en vadrouille à Milan. Nous partons pour l'hotel Galaxy après avoir déposé une réclamation. Le chauffeur de taxi, profitant de notre ignorance, nous réclame 3000 drachmes.
19h00: en route pour le centre-ville en bus. Le chauffeur nous emmène sans ticket. Nous voyons enfin l'Acropole de près. Des pétards et des fusées explosent partout car ce soir est la Pâques orthodoxe. Nous montons sur la colline des Muses pour avoir une vue d'ensemble. La pluie menaçante semble attendre.
Eglise Orthodoxe20h30: la faim commence à se faire sentir. Nous redescendons vers Plaka et ses restaurants.
22h00: une moussaka et une grillade d'agneau plus tard, ça va mieux.
23h00: après une visite au hasard des rues, nousLa Paques Orthodoxe nous glissons au milieu de la foule qui va assister à la messe de minuit pascale dans une petite église. Les popes dans leurs habits de fêtes officient avec des voix graves et monotones. Peu avant minuit, ils ressortent vers une estrade extérieure pour entonner le chant: "Christ est ressucité". A ce moment là un premier cierge s'allume, puis un second. La lumière se répand doucement dans l'assistance. Les gens s'embrassent, les cloches sonnent.
0h30: Nous rentrons à l'hotel en taxi après un petit tour au hasard des rues et des églises.

Dimanche 11 avril 1999: Athènes - Rhodes - Symi

Minh: "La nuit a été courte et bruyante. Les chambres et surtout la salle de bain sont crades. Notre douche est bouchée!"
L'entrée du port de Rhodes 7h30: petit déjeuner express sauf pour Gaël qui traîne au lit.
8h00: 3 taxis direction l'aéroport. L'équipage est au complet. Papy retrouvera-t-il ses bagages à Rhodes ?
9h10: vol sans histoire au dessus des Cyclades. Arrivée sous la pluie.
10h30: arrivée des taxis au port. Georges le loueur nous attend. Grandes retrouvailles
et embrassades. Courses et échanges de cadeaux. Le bateau semble en ordre.
A table 12h00: repas d'agneau arrosé de bière. Premier test de Retsina. Diamantis est fermé...
14h50: on se prepare... Le but de ce soir est Symi (cap au 295 pour passer le cap Karaburan). Vérification des instruments. Le sondeur et le loch ne marchent pas. Derniers rangements dans le carré. On sort les cirés.


La carte du jour Rhodes Météo: 25N d'est, petite pluie.
15h15: on part. Arrondi de l'épi de la jetée et cap au 300 pour ne pas empanner. Mer calme. Le temps est toujours couvert depuis ce matin.
18h00: à mi-chemin entre Symi et Karaburan. Le soleil fait une timide apparition avant de se cacher dans la grisaille.Il est temps de faire une pause pour le gouter. Minh teste les premiers yaourts au miel.

Minh et son yaourt En route vers Symi Marie

Entrée au port Symi 19h15: à quai, mouillé devant sur le côté nord du port de Symi. Mouillage à vérifier, affaire à suivre...
Entrée au port Steph: "l'accueil semble charmant, bien que caractérisé par des trombes d'eau. Déluge. La clémence des lieux n'est que relative. Nous reprenons à trois fois la manoeuvre pour enfin, après deux trop longs et un trop court, réaliser une manoeuvre un peu "digne" et disposer d'un repos mérité."

La tour du port Dans la taverne Dans la taverne 20h15: diner à la Taverna "O Meraklis". Prix spécial pour la salade d'aubergines.
Décrite dans le guide Hachette: "Cachée derrière la banque, la plus proche des tavernes traditionnelles pour les amateurs d'une bonne cuisine familiale. Plats de légumes savoureux, poisson frais et autres classiques sont servis avec le sourire. Bon marché."
Petite balade sur le port après le dîner.


Lundi 12 avril 1999: Symi - Tilos

A quai Les maisons de Symi Manoeuvre de port Cette nuit, quelques orages. Le soleil est de retour ce matin. Super !
Quelques matinaux sont déjà allés faire un tour sur le quai pour des photos.
9h45: on vient nous annoncer que notre place est celle du ferry. Il faut nous déplacer avant 10h.
Petit dej Pas de problème. Hier on a eu le temps de répéter la manoeuvre plusieurs fois...
Un petit coup de moteur, on remonte le mouillage et on va le re-mouiller plus loin si possible dans l'axe.
Au marché Vue du port 10h30: Petit déjeuner sur le pont puis visite de Gialós, le quartier du port et achats de souvenirs. Gael et Marie font la tournée des boutiques et ramènent moult merveilles.
Les plus courageux montent à Chorió, la ville haute. Petites rues étroites, maisons à frontons, une ville plus secrète se cache là.
Prévision météo: Pas de coup de vent. ouest sud-ouest 5 à 6 moderé. Pas de changement dans les 12 prochaines heures.

La tour du port La carte du jour Eglise au bord de l'eau
12h45: départ.
La sieste

Entre Nimos et Symi Le ferry voisin (arrivé finalement à 11h) a mouillé son ancre sur la nôtre. Petite manoeuvre pour traîner notre ancre vers le fond du port et on repart direction Nisyros par le passage à terre de Nimos.
13h26: Nimos, eau turquoise.
La sieste 13h45: Steph: "arrêt moteur. Envoyons grand-voile et génois (surface max). Route ouest en tirant des bords vers Tilos ou Nisyros ? Le dilemne sera résolu plus tard. Le période ne se prête pas à la réflexion mais à l'apéritif festif autour des pistaches locales, de mortadelle italienne, de bière hollandaise et de bonne humeur franchouillarde. Carpe diem"
17h10: le vent a été ouest tout l'après-midi. Notre bord tribord amures nous amène à Tilos... Nous visons donc Tilos!

Vers Tilos 17h30: le vent refuse sur le bord babord amures. Ça tourne au nord-ouest. Le cap direct sur Tilos est bientôt possible.
19h15: on rentre dans Livadia Bay. Enroulons grand-voile et génois.
19h30: cul à quai à Livadia. Bord à bord avec cinq autres bateaux loués. Accents teutons à n'en pas douter. Arrivée tardive et supplémentaire de 4 autres bateaux dont un nouveau voisin à babord qui se révèle être italien. Il y en a un qui tombe à l'eau pendant la manoeuvre.
Minh: "dîner dans le resto local du milieu du village (plutôt des locaux comme clients). Sur la plage, l'autre resto n'a plus rien à manger. Test comparatif des vins blancs locaux. L'un rappelle à Papy le Johnson-Sol, l'autre à Valerie les loukoums. Chacun ses références."





Mardi 13 avril 1999: Tilos - Kalymnos

Petit dej 9h15: lever. Temps nuageux avec passages ensoleillés.
Vent toujours à l'ouest nord-ouest. Petit déjeuner sur le pont avec Joe Jackson et Suzan Vega.
Météo: Pas d'avis de coup de vent. Ouest sud-ouest 5 à 6 modéré localement.
Le caïque Nono: "Après une demi-heure de savants calculs et un vote de l'équipage (option courte nav ou longue nav), on decide de faire comme hier: c'est le vent qui nous portera où il veut.
Avant de partir, café grec sur la terrasse, tentative de réparation des instruments (loch/sondeur), cueillette de coquelicots.

La carte du jour 11h55: départ sous le soleil aux accents de Alpha Blondy. Un caïque en profite pour prendre notre place.
12h05: Steph: "arrêt moteur, hissons grand-voile et génois, vent arrière, voiles en ciseau.
Nous avons fait le plein de yoghourt "Total, number one in the whole world over Greece" (10 unités). Le carré se colore d'une situation à laquelle l'appel de la graille n'est sans doute pas étranger.
Dans le carré Gael, calé à la table à carte, compte et recompte ses sous qui deviennent suspects au fur et à mesure de ses observations d'épicier métèque et simiesque. Marie lit et s'étiole sur le pont, arnachée comme un cheval turc en guerre contre les grecs. Gael, alias Picsou, a détecté un billet dont la taille semble bizarre à 2 millimètres près. On s'en fout...
Passons l'ile de Gaidhalos puis tirons un bord de près, cap au nord-ouest, route parallèle à la cote de Tilos.
Plutôt calme à l'abri de la terre. Surventes passagères. Décision confortable: manger à plat (ceci vaut toujours mieux que moisir à plat depuis Desproges).

12h45: Minh: "Après une longue étape d'au moins deux miles et demi, on jette l'ancre dans une petite crique pour s'occuper sérieusement des tatzikis, salades et bières prévus au menu. Quelle croisière épuisante!"
Steph: "-Vivre fatigué-, titre à point nommé d'un des livres, d'une des nouvelles, du bord (J.L. Izzo). Nous le vérifions tout le temps que le soleil court. La nuit, nous dormons du sommeil du juste."
Au large de Kos Au large de Kos 13h40: après un bon café, il est temps de repartir.
15h38: on tire un cap au 290 (près serré).
On est sous les falaises de Nisyros.
Objectif: passer au vent de Nisyros.
15h40: on tire un petit contre-bord tribord amures pour se dégager un peu de Nisyros, puis on vire pour longer la côte Ouest.
Au large de Kos 17h14: au vent de Nisyros. Avons paré le 0,9 sur notre route. Cap pour passer au vent de Kos (tombée ouest). Nous apercevons rapidement Mandraki, le chef-lieu de Nisyros.
18h20: travers Kritikos (pointe sud-ouest de Kos). Nous longeons les belles falaises éclairées par le soleil couchant.
19h05: travers St Joannis - Moteur.
La nuit tombe, les premiers feux s'allument. Kos s'éloigne, Kalymnos se profile en ombre chinoise. Nous entrons à tâtons dans le port encombré de Pothia. Les lampadaires des quais nous montrent que la place est assez rare.
21h30: à quai à Pothia sur Kalymnos. Contraste brutal entre le calme de la mer et l'agitation de la ville. Le passant à qui nous lançons notre amarre ne sait visiblement pas quoi en faire...
Tournée d'apéro au bistrot d'en face et retour au bateau.
Un petit tour en ville nous permet de constater que Pothia est assez étendue.


Mercredi 14 avril 1999: Pothia - Vathi

Pothia Le monastère dominant Pothia Café en terrasseBeau temps et petit vent de sud. L'agitation du port ne nous a pas empêché de dormir...
8h30: Une partie de l'équipage levé. Café grec et jus d'orange au café en terrasse puis visite de la ville.
Eric et Papy ont testé les Girospitas locaux: "Très bons". On peut leur faire confiance.
Au monastère Nous montons à travers les ruelles au monastère qui domine la ville. Les femmes ne peuvent entrer que si elles sont en jupe et manches longues... Nous accédons malgré tout à la terrasse d'où la vue couvre la ville et ses environs.
Vue du port Le bateau à quai Au retour, achat de cartes postales et courses.
Météo: sud-ouest 6 à 7 tournant ouest 5 modéré.
12h00: Minh: "Il va falloir faire de l'eau. La manip va être scabreuse sur un coin de quai encombré."
Nono: "Finalement la manoeuvre se passe très bien (Le gars nous fait de la place et nous prête un mouillage). On repart avec le plein d'eau, un stock d'aubergines, de concombres et de yaourts (satzikis en perspective). Très bonnes brioches au sésame, graines d'anis et de pavot en face."

En route vers Vathi La carte du jour Sortie de Pothia 13h00: "Départ pour Vathi. On fuit le stress de la capitale (scooters, klaxons dans tous les coins, magasins en tout genre mais avec une belle unanimité dans le style kitsch-roccoco."
13h15: Steph: "Envoyons grand-voile + génois et abattons vers l'est vers Pserimos. Arrêt moteur. Aucun regret, si ce n'est celui de laisser derrière nous beaucoup de sourires, de quitter le port urbain emprunt des facéties d'une civilisation qui nous fait pourtant vivre, bien que des fois...
En route vers Vathi En route vers Vathi Papy, Anne, Gael et Stéphane sont descendus du monastère dans la camionnette d'un pope venu célébrer la messe à la soeur abbesse et à ses ouailles. Le pope nous a appris avec passion et en français - il a séjourné 30 ans en Belgique - les divergences entre les églises chrétiennes. Il connaît son affaire. 40 paroisses dont la sienne sur l'ile. Mais les responsables à Rome et Constantinople, dit-il, se font des bouffes-séminaires dans lesquels ils s'éclatent les foi(e)s. Au moins une approche commune. Pour en finir avec les orthodoxes, leurs églises pas vraiment dans le style roman et dépouillé, ressemblent maintenant au rayon blanc des Galeries Lafayette au moment des soldes. La résurrection d'un mec, la lessive de son linceul transpireux doivent y être pour quelque chose."

Vue générale de la calanque Chapelle isolée 14h15: Nono: "Nous arrivons à Vathi, au fond d'un joli fjord bordé de falaises à pic. On en est à la deuxième tentative d'amarrage: on est le seul bateau de plaisance du port, alors on peut faire les difficiles. Un type prend, euh arrache l'aussière des mains du Grand... Après plusieurs essais (l'endroit est plus agité qu'on ne le croyait, une petite houle résiduelle pénètre dans la baie), on s'installe pour déjeuner..."
Sur la crête 15h00: après un léger choc à l'arrière, le déjeuner est interrompu pour une nouvelle manoeuvre, définitive cette fois. Pendant le repas, des allemands s'installent au bout du quai après une manoeuvre propre et nette. Peu après, la baignade est de rigueur.
16h00: café grec à la taverne.
17h00: nous partons en promenade.
20h00: Steph: "Nous en rentrons après avoir cheminé tant dans le fond de la vallée, planté d'agrumes en fleurs et de tomates, que du promontoire du bord de mer. Les routes sont étroites et les chauffeurs-chauffard d'engins hétéroclites au nombre de roues varié et aux chargements divers semblent d'une témérité sans borne."
La côte turque Gael "Puis la route de Pothia, nouvellement recalibrée, nous emmène, au prix d'efforts très raisonables, sur le sommet de la falaise. Le spectacle fait taire même le râleur de service ("quand est-ce qu'on arrive" ?). Alias ?"
"Vraiment fabuleux. Au loin, vers l'est, les côtes turques un peu beaucoup marquées par l'alignement fréquent de club Med locaux. Plus près de nous, Pserimos et surtout Plati avec sa petite chapelle très blanche au toit bleu."
"Tout cela exacerbé par les tonalités colorées du couchant. La palette porte à l'infini, dans toutes les dimensions palpables".
Nono Pilotage assisté Démonstration "D'aucuns s'adonnent aux plaisirs du cerf-volant dirigeable (sur celui du Grand). Avec plus ou moins de bonheur. Puis descente rapide au bateau par les raccourcis."

Vue de Vathi

Soirée: Steph: "Partis pour prendre l'apéro au bistrot/taverne/yacht-club qui domine la cale, nous y jettons l'ancre et dévolu pour le dîner. Notre décision ne fait pas l'unanimité dans le staff et les plats, élaborés à la demande, tardent et se font désirer avec malice. Lambshop, octopus with onions and red wine, calamari fritti with french potatoes home-made, tout est quasiment inédit au moins dans la manière de faire et les saveurs "méditerrannéennes" (octopus "BBQ like"). Yakut local, fruité, goût de muscat et léger Retsina honorable nous font d'abord patienter puis accompagnent le repas.

A table La nuit tombe Tout se passe de mieux en mieux. Nous sommes en fait les premiers clients de la saison sans le savoir. Notre hôte - grec mais tirant sur le serbe - attribue une importance démesurée à notre visite: d'elle dépendra la suite de ses affaires pour la saison. Nous offrons au tavernier quelques cigares contre ses bouteilles.

Nous rentrons à bord fort tard, non sans bouteilles à demi ou carrément pleines et non sans avoir longuement évoqué la situation géopolitique de la vieille Europe par ce grec éduqué à l'école montréalaise et aux jugements définitifs (allemands et musulmans hégémoniques)."








Jeudi 15 avril 1999: Kalymnos - Patmos

La carte du jour Barque de pêcheur 8h00: Steph: "réveil en douceur. Nous quittons notre poste au fond de Vathi par les voies naturelles sans coup de pouce de la risée Yanmar, ni du moteur, ni du guindeau.
Pétole s'éclate sévère. Après des levers égrainés tout au long de la période, seul reste comateux Gael. Certaines bouches se révèlent pateuses (aux dires de leurs propriétaires respectifs) après la folle soirée d'hier."

Barque de pêcheur 8h30: un pêcheur de poulpe prospecte le long de la falaise. Penché à l'avant du bateau pour viser les profondeurs grâce à un tube, il commande son moteur avec une ficelle.
9h15: l'étouffoir du moteur est H.S. La poignée a été désolidarisée du cable. Minh et Papy se mettent à l'oeuvre.
Matin calme 10h15: vent nord-est force 2. Tirons des bords vers le nord en longeant les côtes de Kalymnos. Destination: Leros ou Patmos.
10h45: lente progression vers le nord à coups de petits bords de près. La réparation de l'étouffoir suit son cours. Vitesse: 2-3 noeuds.
12h10: Nono: "le concerto pour scie à métaux et quelques écrous s'achève sur une note victorieuse: la panne a été camouflée mais brutos s'abstenir quand viendra le moment d'étouffer.
Minh Valérie Bach prend le relais de Mozart pour le plus grand bien de nos oreilles ignares. Grand essaie de nous initier aux secrets passionnants de la vie d'un orchestre symphonique.
Marie Lecture, sieste et démelage de cerf-volant. Cette croisière est de plus en plus sportive. On a le temps de bien admirer les pentes de la belle Kalymnos.
Je verifie quelques observations botaniques. Des bouquets d'euphorbes en fleur, sans doute euphorbes à tiges piquantes et aussi à tiges de génévriers; nombreuses touffes de sauge à feuille trilobées en fleurs, buissons de thym (ça sent bon tout ça) et bouillon blanc de Sicile qui apportent une note de jaune.
En montant au monastère, j'ai cueilli une fleur de Salsifis hybride. On retrouve aussi le muscari à houppe déjà bien connu (de Marie et moi). Pas le temps d'identifier toutes les composées jaunes et blanches pourtant très jolies dans le paysage. Grand nous fait aussi découvrir quelques oiseaux: nombreuses corneilles mantelées (noir et gris clair), quelques faucons crécerelles, mouettes, pétrels, un cormoran, cris de petit duc à la nuit tombée.
Le soir, le hululement mélancolique d'un petit duc a accompagné notre observation du ciel. Malgré les descentes successives de rouge/blanc/rouge, on arrive encore à apercevoir Mars la rouge, la couronne boréale et bien d'autres encore (Vénus)."

Météo: Pas d'avis de coup de vent. Variable sud 3 à 4 localement tournant sud-est 5. Prévision pour 12h: vent de sud
13h00: Nono: "grandes manoeuvres à la cuisine. Le tandem Gael-Stéphane fait des merveilles. Les odeurs sont déjà alléchantes... Le résultat est à la hauteur de nos espérances: Une délicieuse salade à base d'artichauds, tranches d'aubergines préfrites, tomates, oeufs durs (euh mollets), câpres, olives, ail + divers secrets culinaires que Gael ne révelera que sous la torture. La salade est suivie d'un magic "Chili con thon" qui je l'espère, recevra son brevet "Made in Greece 1999".
Ingredients: Haricots rouges, tomates (pulpes), oignon, ail, origan, thon."

Elle est bonne Baignade de midi 14h10:"après ces agapes et quelques baignades pour les plus courageux (+ une tentative du Grand pour nous propulser au cerf-volant (ce matin, c'était la navigation au seau: la panne de moteur stimule la créativité de l'équipage), Minh ordonne la remise en route de la bourrique (sous peine de passer une troisième nuit à Kalymnos). L'ambiance jazzy va s'en trouver très affectée, mais les tavernes futures nous attendent: seront-nous à nouveau les premiers clients à Leros, Lipsos, Patmos??"
Pantéli 15h00: le passage à terre de l'ilôt de Piganoussa nous permet d'approcher un peu du port de Pantéli au pied d'un impressionant Kastro. L'îlot suivant avec son phare ne figure pas sur les cartes.
16h10: nord de Leros. Passage entre les ilôts entre Leros et Lipsos. L'option d'aller à Patmos est prise.
Une petite simulation nous donne: jeudi soir: Patmos, vendredi: visite de Patmos, vendredi soir: départ pour Symi ou Chalki, samedi soir: nuit à Symi ou Chalki, dimanche midi: Rhodes.

Arrivé à Patmos Skala 17h00: navigation au pilote automatique avec un cap au sud de Patmos pour éviter un danger isolé.
18h50: Nono: "Arrivée à Patmos, au port de Skala, qui nous semble beaucoup moins turbulent et atteint par la civilisation que Pothia, cependant que flotte dans le carré un délicieux fumet de sauce tomate: le gratin d'aubergines est en bonne voie."
A Skala Patmos et son monastère Steph: "A quai. Rien à voir avec le quai des soupirs, c'est plutôt celui des 2 temps pétaradants"
Durant la manoeuvre d'accostage, le propriétaire du bateau voisin australien a été sans doute vexé qu'on refuse de lui envoyer notre amarre. Il faut dire que notre aventure de Pothia nous a rendu méfiants pour ce qui concerne l'aide des passants.
A table Patmos Un peu plus tard, un local vient nous montrer un poulpe planqué sur le fond à 10m du bateau.
19h30: apéro sur le pont puis nous passons à l'attaque du gratin d'aubergines.
Après le repas, un petit tour dans le port pour nous dégourdir les jambes et repérer les magasins de souvenirs.







Vendredi 16 avril 1999: visite de Patmos

Vue du port Montée à Chora Sur le pont ce matin, le vent est au sud, vaguement est. Le soleil brille.
Météo: Pas d'avis de coup de vent. Vent sud-est 4 à 5, 6 modéré.
Tendance ultérieure: augmentation des vents de sud sur l'Egée.
9h30: nous partons pour Chora, le chef-lieu, et son monastère fortifié.
Terrasse à Chora Le clocher du monastère L'entrée du monastère Gael Les points de vue changent au fur et à mesure que nous prenons un peu d'altitude. Il y a beaucoup de jardins et de verdure. Sur le chemin, la grotte de l'Apocalypse avec son monastère ne nous retient pas. Nous arrivons bientôt au sommet, à Chora, véritable labyrinthe de ruelles étroites avec ses boutiques à touristes. L'objet de notre visite est le monastère fortifié de Saint Jean (Ioannou Théologou). Sa haute porte nous accueille. A l'intérieur, un dédale de passages voutés, de cours claires, de portes basses.

Dans les rues de Chora Dans les rues de Chora Au monastère Nous errons un peu au hasard des couloirs et des escaliers avant de rendre visite au trésor qui accumule les objets de culte richement décorés: tiares, calices, joyaux et vieux manuscrits.
12h30: un petit tour au hasard des rues à la recherche d'un restaurant et nous finissons par trouver une terrasse sympatique. Menu traditionnel: salade grecque, tadzikis, poulpes et poissons grillés avec bière et Retsina.

Les coupoles de Chora A table Sous la tonnelle A Chora

Vue de Skala Le monastère domine Nous redescendons doucement vers Skala pour y prendre un café grec. Un peu de quartier libre permet à chacun de vaquer à ses occupations: écriture de cartes postales, chasse au souvenir, achats de produits locaux.
Anciens moulins 18h00: Steph: "le bateau est en tenue de soirée, fin prêt pour la navigation qui annonce le "come back", un gout de revenez-y. Une journée terrestre qui prend fin: terrestre, oui, dans tous les sens du terme y compris nourriture mais aussi spirituelle avec la visite du monastère Saint Jean, son musée de pacotilles diverses typées Samaritaine ou BHV; pas vraiment simples les popes...
Journée douches, plein d'eau douce à quai, SVP, par citerne spécialement dédiée: prix forfaitaire de 2000 drachmes + petit pourliche."

19h00: départ pour une tournée de Gyrospitas sur le port.
20h11: après une double tournée de Gyrospitas sur le port, départ direction le sud (Kalki ou Symi selon le vent).
Météo: 5 à 6 de sud-est, 7 localement. Pour l'instant: pétole. Départ moteur.
21h30: feu de Saraki, 2 éclats 8 secondes, par le travers babord.
Point GPS + point compas relèvement porté sur la carte (identique !)
Organisation des quarts:
- 22h00 - 0h30: Valérie et le Grand
- 0h30 - 3h00: Anne et Steph
- 3h00 - 5h30: Papy et Eric
- 5h30 - 8h00: Nono et Minh
Consignes: réveiller Minh à 2h00, faire et marquer un point toutes les heures, remplir le livre de bord.
22h05: 37° 09" N - 26° 39" E - Steph: "Dans la nuit, la risée Yanmar nous transporte vers le sud, toujours plus au sud. Une partie de l'équipage vogue avec Morphée. Cioran disait quelque chose du genre: on apprend plus en une nuit blanche qu'en un an de sommeil. D'aucuns pensent que les chants désespérés sont toujours les plus beaux. Pour l'heure, nous labourons cette mer méditerranée que le bateau signe d'un sillage luminescent et labile. Plus de traces. La nuit est douce, se suffit et contente nos vies, petites."
23h06: 37° 03" N - 26° 40.6" E - jauge gasoil: 2/3 partie verte.


Samedi 17 avril 1999: Patmos - Symi

La carte du jour 0h00: 36° 58" N - 26° 41" E - vent apparent: 20 noeuds un peu à babord.
Cap sur le waypoint KOS-O: 142 d'après le pilote.
0h30: Steph: "changement de quart
Et bonjour vous !
Safonadhi (un éclat, 10 secondes), repéré à l'avant babord.
L'ombre de Télendos se dessine en haute et épaisse silhouette par le travers babord.
AliSpano, atypique, et ne correspondant pas vraiment à la description portée sur la carte ou dans le livre des feux, encore visible mais faiblissant à l'arrière tribord.
Minh est debout.
En route vers le sud, à l'inverse exact du vent (apparent 17 noeuds), le bateau donne parfois des coups de boutoirs sonores sur la mer en voie d'agitation mineure.
Consigne de Minh: si le vent apparent dépasse 20 noeuds, tirer des bords à la voile peut être envisagé. Why not? La nuit s'annonce sereine: malgré le lancinant mais rassurant et régulier bourrin et sa cohorte acoustique majeure, le moment se révèle précieux et rare. Trop rare. Léonard Cohen nous accompagne.
Incursion de Gael, brève, qui vient se réhydrater.
Certes, ce n'est pas le rail d'Ouessant mais les ferries croisent en nombre dans les eaux des îles (ou paquebots rejoignant l'escale du jour - 7 jours/7 escales (as the "pub" says)).
Vu feu rouge de Pserimos

1h50: Pilote auto + 5° (165) pour suivre indications GPS et arrondir la pointe ouest de Kos. Nouveau cap GPS: 152 (Kandeloussa)
1h52: Vent apparent: 19 noeuds, plein sud
2h36: 36° 46" N - 26° 46" E - Le vent forcit sensiblement. Avec Minh, essai pour envoyer la GV qui fait de la résistance (se déroule mal et bouchonne dans la mature. Toujours pas de Kandeloussa en vue.
3h24: On passe Kos. Point sur la carte. 25 noeuds de vent apparent. Cap 190 sur le fond.
Arrêt moteur. Tirons un bord vers le large, le vent étant donné pour remonter à l'ouest plus tard.
2/3 grand-voile et 2/3 génois environ.
Changement de quart: Eric et Papy dans le cockpit. Sur le pont, les artistes pour un réveil en fanfare. L'étrave qui enfourne, par le jeu des feux de routes de la proue, déclenche à chaque lame un vrai feu d'artifice. Not bad. Partagé seulement entre l'envie de valser et celui de reluquer.
Gael vient chercher quelque compagnie dans le carré. Noelle le suit.

4h25: 36° 37" N - 26° 47" E - Vent apparent 27 noeuds avec risée à 30.
4h35: traffic important. 2 bateaux plus petits que ceux de la marina. Enfin Kandeloussa nous fait de l'oeil au 130 environ.
6h07: point sur carte. Virement de bord dans la foulée.
8h20: 36° 28" N - 27° 00" E - laissons enfin Kandeloussa à babord à un mille voire deux.
La moquette ne fait plus du tout salon nautique. Mais plus du tout alors.
Utiliser la table à cartes à la contre-gite relève du trapèze volant. La banquette glisse un max. Les bord symboliques ne retiennent queud. A part ça, tout baigne, surtout les toilettes, urgemment réquisitionnées au réveil par des estomacs en mal de plat pays.
Malgré la bise qui mord un peu et décoiffe beaucoup, le volcan de Nisyros accroche un nuage à son cratère. Ultime panache rigolo avant l'apocalypse ?

08h47: le vent faiblit et refuse. Minh parle de larguer de la surface de génois, ce qui est fait sans tarder.
Gael et Papy dorment comme deux oursons sur la couchette méga du carré. Devinez quel est le plus agé des deux ?

09h41: 36° 31" N - 27° 09" E - Thé pour tous dans le cockpit. Avons traversé le sillage irisé et puant d'un petit pétrolier qui devait vider ses ballasts après la nuit agitée. Une odeur insipide 5 milles à la ronde. La bande noire faisait presque un demi mille en largeur et plusieurs milles de long.
Grand barre. Le vent adonne et nous permet de progresser au 68 quand le GPS nous indique 84 pour Panormitis à Symi. Encore un peu et on y va direct.
10h15:le vent refuse et mollit à en mourir. Roulons génois, lançons moteur et avanti au 84-90 approximativement.
10h45:arrêt moteur et envoi génois.
11h28: 36° 34" N - 27° 19" E - le vent forcit un peu. Position sans intérêt.
Navigation à vue. Tirons des bords vers Symi. Vent et allure chiante 25 N d'est.

13h45: soupe de tomate réhydratée pour tout le monde, appréciée au dela de sa valeur vraie surement vu l'hébétude généralisée, les ventres vidés et la propension à engloutir.
13h56: 36° 33" N - 27° 29" E
14h43: 36° 37" N - 27° 33" E - Les rapports entre les membres de l'équipage se tendent. Valérie, telle que, utilise sa dernière cartouche: un livre-guide de poche donc pratique pour décoder les réactions des autres - devenues aléatoires sur le bateau - et plus secret peut-être - communiquer et vivre en harmonie avec l'autre sexe. S'il boit la bière à la bouteille, laissez-le: il a besoin d'affection.
A part ça, notre progression vers l'est continue en frolant (3 mille) la côte turque. Conditions stationnaires, soleil voilé.

15h10: vent tourne. Lançons moteur. Route directe sur Symi et virons de bord.
16h00: arrêt moteur. Navigation à la voile
16h05: 36° 35" N - 27° 40" E - Moquette remise à poste. Notre bateau aurait du s'appeler Saint Maclou. C'est nul, completement nul. Même fatigués.
Arrivée à Panormitis Le port 18h30: Moteur. Après d'interminables bords, nous touchons au but.
Gael n'en peut plus. Dormir use. Il semble littéralement décomposé
La bête sent l'écurie et la moquette la nieme pose avant dépose.

19h00: nous entrons dans la petite baie de Panormitis, gardée par son moulin. L'unique quai est encombré de bateaux qui ont participé à une course. Où allons nous mettre nos 14m ?
Le clocher Plan du mouillage 19h14: A quai. Essayons de trouver une solution durable au sens du repas. Un amarrage nous permettrait de manger dehors, quitte à partir ensuite au mouillage pendant la nuit. Mouillage et aussière à terre sur l'avant.
20h30: nous nous installons en terrasse pour dîner. Les participants de la course Rhodes-Symi-Rhodes nous rejoignent bientôt au restau. Nous commandons des amuses-gueules (calamars, tadzikis, poulpes), du vin (rouge et retsina), et divers plats (agneau, poisson).


Dimanche 18 avril 1999: Symi - Rhodes

Moulin à Panormitis Panormitis La carte du jour Météo: Pas d'avis de coup de vent. Vent sud sud-est 6 localement 7 tournant sud sud-ouest 6 modéré. Tendance ultérieure: fort ouest à nord-ouest.
7h00: Lever général. Départ prévu à 9h.

En route vers Rhodes En route vers Rhodes 9h10: Nono: "on n'a plus d'ancre; chacun est à son poste pour larguer les aussières en beauté (c'est pas tout ça mais il y a du monde pour nous regarder partir).
Le soleil semble vouloir nous accompagner pour la dernière traversée. Malgré tout, tout le monde a mis ses bottes, on se demande pourquoi."

Au port de Rhodes En route vers Rhodes En route vers Rhodes 15h15: "Le scribe habituel n'a rien eu à raconter !
C'est dire que ce retour Symi-Rhodes a été sans histoires, avec de multiples bords à tirer dans un vent de 20 à 30 noeuds d'est, une mer plutôt calme et un grand soleil pour parfaire le bronzage.

Entrée du port Les moulins Georges nous attend sur le quai et se montre compréhensif pour le retard. Tout le monde en piste pour le rangement.
Une petite citation avant de conclure: "Heureux l'homme à qui il a été donné, avant de mourir, de naviguer en mer Egéenne. Nombreuses sont les joies de ce monde, les femmes, les fruits, les idées. Mais fendre cette mer-là, par un tendre automne, en murmurant le nom de chaque île, je crois qu'il n'est pas de joie qui davantage, plonge le coeur de l'homme dans le Paradis". (Nikos Kazantzakis - Zorba le Grec)."

Chez Iannis Chez Iannis Chez Iannis Chez Iannis

18h30: balade apéritive dans la vieille ville sous le regard invitant des tenanciers de tavernes puis dîner dans un petit resto grec typique: "Chez Iannis" à Koskinou (voir plan), à une dizaine de kilomètres du port. Le trajet s'effectue dans la bétaillère de Georges.
Chez Iannis
Nono: "souvenir du restaurant "chez Iannis" qui fut l'apothéose gastronomique de notre séjour. Impossible de détailler la nuée d'assiettes qui s'est abattue sur notre table et difficile aussi de classer toutes ces bonnes choses.
Le skipper A retenir quand même:
- poix chiches et haricots dans une petite sauce au cumin
- délicieuses aubergines en une sorte de gratin
- purée de feta pimentée
- ragoût de veau
- porc au ciron
- côtelettes de porcelets
l'addition
Tout cela mitonné comme à la maison dans la cuisine par des dames empressées. Heureusement pour la bétaillère et son contenu que le trajet de retour suivait une pente descendante !"


Lundi 19 avril 1999: Rhodes - France

Sur le quai Nono: "Grand soleil sur les moulins et au dessus de nos têtes. On apporte la dernière touche au nettoyage final. L'échelle se précipite encore deux fois à l'eau, dont une fois chargée d'un Papy et de deux sacs. Les rescapés du naufrage pourront témoigner de la malignité de cet engin que le propriétaire regarde en fronçant les sourcils lorsqu'il arrive pour l'inventaire: comme il ne dit rien par la suite, c'est qu'il la connait bien.
A l'aéroport Dernier café en terrasse, Georges nous leste d'un cadeau redoutable avant de partir: un gateau sirupeux et chocolaté dont on ne viendra sûrement pas à bout, même en s'y mettant tous.
L'avion décolle avec une heure de retard. D'un coup d'aile, toutes les îles nous sont servies sur un plateau, avec une visibilité de rêve: Symi d'abord, Nisyros, Kos, Kalymnos, Patmos... On fait le voyage à rebours...
Athènes - Le retard ci-dessus permet à Valérie et Grand de louper leur avion en beauté (et Valérie voit également sa réservation de TGV en fumée).
A Milan, grâce à une hôtesse d'Allitalia très efficace, on bénéficie d'un vol Air-France avec deux heures d'avance car tout est plein sur le vol qu'on devait prendre. Evidemment, nos bagages n'arrivent pas à suivre tous ces chambardements et on nous livre notre linge sale à domicile le lendemain. Fin de nos aventures presque plus mouvementées dans les airs que sur mer."