- Précédent - Suivant -
- le Journal - la Carte - les Meilleurs coins - Les Oiseaux - Le Matériel

Jeudi 15 juillet 1999: Hattarvík - Runavík

Pêche à Hattarvík Le Másin Lever un peu à la bourre à 7h50. Le bateau passe à 9h Nous ne voulons pas rester sur cette île explorée à fond hier. Rapatriement sur la jetée du port avec armes et bagages et séance de pêche pour passer le temps.

Un phoque vient tourner près du bord mais se planque quand il s'agit de faire des photos. Des macareux pêchent également dans le coin. Sur la falaise qui nous domine, des guillemots à miroir nichent. Nous réussissons à sortir trois poissons qui sont vidés sur le champs par la main experte de Youx.

Au retour sur le bateau A 9h15, toujours pas de bateau. Nous commençons à faire des projets de virée dans les coins inexplorés de l'île quand le gardien de phare d'hier fait son apparition et nous explique que le bateau arrive. En effet, quelques instants après, la silhouette familière du "Másin" surgit. Comme il y a un peu de houle, le bateau ne s'approche pas trop du bord et il faut profiter d'une vague pour embarquer. Nous sommes les seuls passagers à part le gardien. Sur le chemin du retour, nouveaux arrêts à Kirkja et Svínoy.

Le contrôleur nous demande où nous allons et comme nous lui indiquons Klaksvík, il nous signale qu'il va demander la correspondance du bus par radio. La pluie et le mauvais temps recommencent peu avant d'arriver. A 11h30 nous sommes à Hvannasund où le bus 500 nous attend pour nous ramener à Klaksvík.

Le col caractéristique de Viðareiði Nous commençons déjà à prévoir un enchaînement de ferry vers Kalsoy avec un battement un peu limite mais un stupide incident vient perturber nos prévisions. Dans le dernier tunnel à voie unique, une voiture s'obstine à vouloir le passage et refuse de reculer devant le bus. Quelques échanges en féroïen de paroles aimables. Le chauffeur de la voiture cède au bout de dix minutes et recule. Mais quand nous arrivons enfin au port, le ferry pour Kalsoy est parti depuis vingt minutes. De toute façon, c'était un peu juste. Par contre l'incompréhension continue car le chauffeur de notre bus a lui aussi demandé la correspondance par radio avec le ferry pour Leirvík. Il parait un peu surpris quand nous partons à pied vers la ville alors que le ferry attendait notre embarquement pour partir.

Comme on n'a plus tellement d'idées de ferry et de bus, on cherche un endroit où prendre un café et écrire quelques cartes postales. Nous sommes dans la seconde ville de l'archipel mais malgré tout, trouver un endroit similaire relève de l'exploit. Nous aboutissons dans une salle à manger d'hôtel et passons là deux heures à faire notre correspondance et à compulser les horaires.

Le ferry de Klaksvik Youx propose ensuite une séance de piscine qui est votée à l'unanimité. Le stockage des sacs à dos à la caisse ne semble pas poser de problèmes particuliers. Une séance de décrassage, quelques longueurs de piscine (deux) pour Youx et en prime un petit tour au sauna.

Nous sortons de l'endroit un peu plus propres et partons faire quelques courses alimentaires. A 19h, nous sommes de retour au port pour attraper le ferry de Leirvík. Nous tombons sur Oliver et Elsa, nos convoyeurs de l'autre jour, à l'entrée du bateau et également sur la danoise habituelle qui rentre justement de la virée à Kalsoy que nous avons manquée. Elle retourne à Leirvík alors que nous poursuivons en bus vers Runavík.

Le temps ne s'améliore pas. Un tunnel nous mène à Søldarfjørður où nous changeons de bus. Le chauffeur nous indique l'emplacement du terrain de camping, une sorte de parking sans gazon à coté du gymnase municipal. Nous plantons la tente dans l'herbe en contrebas et dînons dans la cabane minuscule qui abrite un évier et des toilettes. A 22h, comme la pluie s'est arrêtée et qu'il fait jour encore un certain temps, nous envisageons immédiatement une randonnée pour faire le tour de la pointe sud de l'île.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tout d'abord, la route jusqu'à Aeðuvík au milieu de zones plus ou moins marécageuses. Une éolienne géante mugit à proximité. Ensuite une vague trace qui longe le pied de la falaise à flanc sur un terrain de plus en plus incliné. En face de nous, Nólsoy et au fond la capitale Tórshavn où nous serons demain si tout va bien. Nous passons la pointe sud en suivant des traces de moutons. Le retour se fait par le coté ouest en évitant les failles qui coupent le terrain et les moutons un peu paniqués à cette heure tardive.

Nous traversons Nes, puis Toftir qui possède une belle église moderne et enfin rejoignons la tente à 1h15 après une dernière traversée de tourbière hors sentier dans l'obscurité et les barbelés. On met en place un fil à linge pour sécher les vêtements et dodo.

- Précédent - Suivant -
- le Journal - la Carte - les Meilleurs coins - Les Oiseaux - Le Matériel